Comment vivre plus longtemps en bonne santé?

 

La vieillesse puis la mort coïncideraient alors avec la raréfaction et la perte d’efficacité de nos enzymes.

Plus que par tout autre facteur les enzymes sont menacés par les radicaux libres. De nombreuses habitudes de la vie moderne contribuent à la prolifération des radicaux libres, par conséquence ceci épuise un nombre considérable de nos enzymes.

Parmi ces facteurs négatifs citons  ici : le stress, la pollution de l’air, les rayons ultraviolets, les ondes électromagnétiques, l’infection bactérienne ou virale, l’exposition aux rayons et aux radiations de toutes sortes,  la malbouffe à l’origine de toxines dans le colon, l’excès de nourriture, la prise habituelle d’alcool et de tabac, l’usage de médicaments, dont certains antibiotiques.

On pourra essayer de diversifier la variété d’enzymes métaboliques synthétisées par l’organisme, en amenant les enzymes  supplémentaires par les aliments. En règle générale ce sont des aliments frais qui contiennent de nombreuses enzymes. Mais les différents modes de transformation font perdre une partie de l’activité enzymatique à notre alimentation.  La cuisson détruit à 100 pourcents les enzymes que l’on trouve dans les aliments. La congélation des aliments détruirait au moins 30% des enzymes. Egalement l’exposition prolongée à l’air, le séchage ou le mode de préparation appauvrissent notre nourriture en enzymes.

Pour ramener le maximum d’enzymes il faudra privilégier:

a)      une alimentation crue, car la cuisson détruit les enzymes nutritifs.

b)       En choisissant la cuisson a la vapeur douce la seule qui préserve les enzymes des aliments et permet d’épargner les enzymes digestifs ( Notons que déjà  à partir de 47,8° les enzymes contenues dans les aliments germés, les fruits et légumes crus sont complètement détruites.).

c)      En consommant régulièrement des aliments qui ont été soumis à un processus enzymatique (germination, laco-fermentation…). Ce processus entraine une partie de la dégradation des nutriments complexes avant leur ingestion.

Laissons germer les graines avant de les cuire.

Trempons  les graines et les légumineux pendant une douzaine d’heures (une nuit) avant la cuisson dans un peu d’eau de source à la température ambiante de façon à ce que toute l’eau soit absorbée.

d)      En préférant le pain et les pâtes au véritable levain.

e)      En introduisant dans la nourriture des aliments laco-fermentés comme la choucroute.

Mais veillons également à équilibrer notre esprit. Les sentiments négatifs tels que la haine, le ressentiment, la jalousie ruinent la santé autant qu’un mauvais régime alimentaire. Donc même si vous avez un régime alimentaire parfait, vous pouvez vous rendre malade si vous avez des pensées négatives.  Alors plutôt  que de suivre  scrupuleusement un régime alimentaire,  il est important de cultiver votre joie de vivre, de vous intéresser à toutes sortes de choses, de vivre votre vie avec passion.

Une vie heureuse, qui a un sens est le chemin qui donne tout naturellement la santé. On entend souvent parler de cas de personnes très malades qui ont miraculeusement recouvert la santé après s’être fixé un but, après avoir éprouvé des sentiments de gratitude, de l’amour.

Car tout être humain a un potentiel de guérison infini. Quand ce potentiel se manifeste les enzymes de l’organisme sont stimulées. Elles produisent de l’énergie et peuvent arracher le malade a une mort imminente. Guérir  ce serai donc motiver une personne afin qu’elle éprouve un bonheur authentique. Et il n’y a de plus puissante motivation que l’amour.

 

Sources

Nutrition consciente Marion Kaplan

Le régime Shinya Hiromi Shinya

L’herbe de blé : source de santé et de vitalité Ann Wigmore

 

vivre plus longtemps en bonne santé

Related posts

Leave a Comment