Le vin – la tradition française qui vient bien de loin.

LE VIN. Le paradoxe français. Le bienfait de résveratrol.

 

Le paradoxe français. Les bienfaits du résveratrol.

Le vin consommé avec  modération est bon pour la santé.

En témoigne le fameux paradoxe français. Car les français selon plusieurs études sont moins souvent victimes d’accidents cardio-vasculaires que les autres peuples occidentaux.

Cela grâce à une consommation régulière de vin (en petite quantités). Car le vin contient de nombreux polyphénols notamment le fameux résveratrol.

Le résveratrol inhibe l’agrégation des plaquettes sanguines. Qui d’après l’OMS réduit de 40% le risque cardio-vasculaire.  

Le vin rouge reste donc la meilleure source de résveratrol. L’alcool augmente les effets protecteurs des polyphénols du raisin (dont le résveratrol).  Grace à leur présence le vin est un antioxydant surpuissant, qui freine le vieillissement des cellules.

Le résveratrol  produit par le raisin  possède  également une belle activité anti cancer, ainsi qu’il est un exceptionnel activateur de la régénération cellulaire. Car le résveratrol est la défense immunitaire naturelle de la vigne qui lui permet de résister aux attaques extérieures et de se renouveler durant plusieurs siècles.

Un mot sur les polyphénols du vin.

Presque absente dans les vins blancs, la famille des polyphénols et les composés phénoliques caractérisent les vins rouges. On peut la diviser en 2 grands groupes:

  • les matières colorantes: flavonoïdes (qui colorent en jaune) et anthocyanes (qui donnent la couleur rouge),
  • les tanins (de 1 à 3 g/l) qui proviennent des pellicules de raisin et de pépins ou de l’apport du bois de la barrique. Au cours du vieillissement ils se combinent aux anthocyanes.

Les origines du vin.

Les scientifiques ne sont pas unanimes à 100 %  à quand exactement remontent les origines du vin.

D’après certain le berceau du vin se trouverait  sur le territoire de la Géorgie d’aujourd’hui. Le vin a apparu là-bas il y a 8000 ans et par la suite sa fabrication s’est étendue vers le Sud.

Pour confirmer cette hypothèse on cite la découverte des céramiques avec des traces de vin lors de fouilles archéologiques sur le site de Shulaveri. 

Les céramiques dateraient de 6000 ans avant J.C. (donc d’il y a 8000 ans). Sauf que on ne peut pas confirmer à 100 % que il ’s’agit véritablement des traces du vin.

Les autres scientifiques penchent plutôt sur la thèse que le berceau du vin se trouverait en Iran.

D’où  par la suite sa fabrication s’était étendue vers le Nord en direction de la Géorgie et Arménie. Cette théorie serait appuyée par les résultats de fouilles archéologiques dans le Nord-Ouest d’Iran sur la colline de Haji Firun.

On y a trouvé des céramiques avec les traces de vin datant des 5400 ans avant J.C. (5 jarres de 9 l trouvé dans une cuisine de l’homme néolithique). Cette fois ci les scientifiques sont formels: Il n’a pas de doutes possibles, il s’agit véritablement de traces de vin.   

Les plus anciens traces de la fabrication massive du vin ont été découvertes dans la grotte d’Aren (situé sur le territoire d’Arménie d’aujourd’hui). Il s’agissait d’un véritable atelier de fabrication du vin datant de 4000 ans avant J.C. On y a trouvé des milliers de céramiques de 9 l de contenance.  Cela signifierait que il ’y a 6000 ans les hommes appréciaient ce boisson à point d’en produire à une grande échelle.

LE VIN. Le paradoxe français. Le bienfait de résveratrol. 

Comment on a découvert le secret de la fabrication du vin. Une légende iranienne.

Il existe une légende iranienne situant la découverte de la fabrication de vin à plus de 10000 ans.

C’était à l’époque de roi Djamshid (de la dynastie Pishdadi), qui régnait il y a plus de 10000 ans sur l’empire perse. Le roi (comme c’était la coutume à l’époque) possédait un harem bien impressionnant.  

Suite à une faute commise par une de ses concubines, celle-ci  fut répudiée et renvoyé du harem. Sauf que la malheureuse était véritablement éprise de rois.

Pour venger son amour repoussé pour le roi elle a décidé de l’empoissonné.  Pour cela elle a laissé pourrir les raisins dans un jarre. Une fois pourri, elle y est extrait le jus de raisin pour l’offrir au roi.  

Pour cela elle a demandé de pouvoir le voir, ce  qui lui a été accordé. Le roi a gouté la boisson  qui n’était rien d’autre que le vin. Il l’a énormément apprécié. La malheureuse concubine  fut immédiatement réintégré dans le harem du roi et même est devenue sa favorite.

Photo Le tapis persan représentant les 3 plaisirs principale de l’homme: le vin, la musique et … les femmes. 

La source

L’école de la dégustation Pierre Casamayor. 

Related posts

Leave a Comment